Palestine

Je ne porte pas de montre.
Ces scènes répétitives n’ont plus besoin de nombres.
Que la marée descende ou que la marée monte,
je retrouve a la fin le même compte.
Entre l’hypocrisie du monde et cette guerre immonde,
mes enfants meurent dans l’ombre.
Sont bien jolies les colombes,
mais mes jardins luxuriants sont devenus tombes,
c’est mon innocence qu’on incombe.
Je fais le tour des fréquences, des ondes,
n’avez vous toujours pas vu mes décombres?
Entre les méandres d’octobre et de novembre,
me laisseriez vous encore dans ce chaos sombre ?

Thilleli G.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s